Côte bretonne

En me replongeant dans ces vieux carnets je retrouve les sensations de mes promenades ; dans le creux d’un chemin ombragé, au cœur d’une ville, en haut des remparts d’une forteresse démantelée ou, comme ici, le long de la mer sur la côte bretonne. Tantôt au calme, un matin à marée basse, les pêcheurs de coquillages au loin et la joue caressée par un soleil serein, tantôt bousculé par le vent et moqué par les mouettes au fait d’une falaise abrupte. En dessinant, on ne se concentre pas seulement sur le paysage, les portraits, la lumière, on recueille aussi un nombre infini de sensations qui reviennent immédiatement en mémoire lorsque l’on retrouve son croquis. Dessiner, c’est s’imprégner de souvenirs.

Le moulin à marée de Pen Castel dans le MorbihanLe petit port du Logeo, golfe di MorbihanPointe de Pen-Hir, CrozonLa plage de Saint-Malo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :