Archive pour journaliste

Libération

Posted in Presse with tags , , , , on décembre 21, 2013 by warzalaworld

Dans mes fonds de tiroir j’ai retrouvé ces illustrations parues dans le quotidien Libération il y a pas mal de temps déjà.

Articles traitant d’internet (considéré surtout comme une mine de renseignements à l’époque et pas encore comme l’antichambre de la surveillance généralisée), de la pollution automobile à l’extérieur mais surtout à l’intérieur des véhicules (particulièrement d’actualité en cette période de départ en vacances embouchonnés), de la chaîne du froid dans l’industrie alimentaire, des contrats de location dans le rapport locataire-propriétaire et du bon voisinage en ville.

Que des sujets encore d’actualité!

LibeInternetfwarz

LibeClimautofwarz

LibeFroidfwarz

LibeLocationfwarz

Libevoisinsfwarz

Publicités

Et si…

Posted in BD with tags , , , , , , on septembre 2, 2011 by warzalaworld

Une nouvelle rubrique qui me permet de présenter des projets BD qui n’ont finalement pas eu la chance d’être imprimés ou qui sont toujours en attente. Pour commencer, voici une page qui devait paraître dans un hebdomadaire début 2011. Elle faisait partie de ce qui aurait du devenir une rubrique satirique sur l’actualité politique. Sur une idée et un scénario de Thomas Bauder (avec qui j’ai déjà réalisé une BD en 2008), ça s’appelle “Et si…”

De bien bons vœux

Posted in Instantané with tags , , , on janvier 13, 2009 by warzalaworld

Le maire présente ses vœux à la presseCe lundi, je me suis rendu à la mairie de Paris suite à l’invitation du maire pour ses bons vœux à la presse. N’étant pas journaliste mais ayant commis une bande-dessinée sur le premier des édiles de notre capitale, je m’y suis rendu avec curiosité et un certain sens du devoir (on m’invite, je viens). Là, dans un grand salon doré dont le volume contiendrait plusieurs appartements de ministres, un grand nombre de professionnels de la presse attendaient l’arrivée du maire en se chuchotant à l’oreille des commentaires de métier. Au milieu de ces têtes parfois connues (des icônes de l’information vues à la télé ou bien d’anciennes rencontres), je me faisais mes petits commentaires (ah, tiens, elle est plus petite que je ne pensais, ohlala, il est drôlement ridé…) quand je rencontrais Thomas, mon comparse auteur de la BD qui me valait d’être invité là. Thomas, lui est un vrai journaliste. Spécialisé dans le monde politique, il m’explique à chaque fois les détails de ce qui se trame sous mes yeux de spectateur ingénu.

Nous étions donc en train de causer politique et dessin quand est arrivé le maire. Il a salué la foule, a regretté quelle fusse si loin de lui (un petit fossé de quelques mètres le séparait des premières caméras) et s’est lancé dans un monologue pas du tout improvisé et bien convenu d’homme public. L’actualité chaude du Moyen-Orient y tenait aussi sa place ainsi que quelques commentaires sur les débordements d’un humoriste, le tout saupoudré d’une indignation de bon ton. C’était très professionnel. Sont venues alors quelques questions dont on pouvait s’attendre, venant de la presse nationale, qu’elles portassent plutôt sur la récente débâcle de notre maire dans sa candidature à la tête de son parti que sur les détails de la gestion communale. Après encore une ou deux questions sur la chaude actualité sus-nommée est venu le signal de la charge au buffet. À peine l’invitation était-elle lancée de se servir un verre et de déguster un petit four que les nappes blanches étaient prises d’assaut par les mains avides d’habitués des mondanités.

J’ai fort heureusement pu goûter au champagne offert par le maire, j’étais content. S’en sont suivies quelques haltes et salutations de circonstance. Accompagné de mon guide, je pouvais presque me croire important. La dernière étape m’a ammené à serrer la main de notre hôte, il n’en fallait pas plus pour que je me dise qu’il était temps pour moi de m’en aller. Mais, à peine avais-je franchi le seuil de ce beau salon que le regret de n’avoir pas dessiné le moindre croquis sur le petit carnet que j’avais emporté me taraudât. Rahhh, paresseux va, tu pourrais au moins garder une trace de cet instant! Je sortis donc mon mini carnet et dessinai cet instantané de l’événement. Au premier plan, me cachant l’élu et l’essaim qui l’entourait, se trouvaient d’improbables vieilles dames qui semblaient autant journalistes que moi. Leur verre à la main, elles conversaient chiffons à ce que j’ai cru comprendre. Ce croquis terminé, Thomas est venu me rejoindre et nous sommes partis. C’était mon instantané du jour dans le trépidant monde politique parisien.

%d blogueurs aiment cette page :